REFLEXIONS SUR LE VEGETARISME

Face à certaines choses que j'ai entendu, le besoin pour moi s'est fait pressant de vous faire part de mon point de vue sur le végétarisme. Holala, quelle belle phrase! Ces réflexions n'engagent que moi et je ne force personne à adhérer à mon point de vue. Voilà.

Il est de plus en plus courant, dans les lycées et sur les campus, de rencontrer des gens qui se disent végétariens. On pourrait être fou de joie de voir que nos idées se développent dans les jeunes générations (la jeunesse, c"est l¹avenir!). Mais en discutant avec de nombreux "végétariens", on se rend compte que leurs motivations ne sont pas des plus "saines". En effet, certaines personnes ont arrêtés de consommer de la viande dans le but de perdre du poids, ou parce qu'elles ont peur de mourir de CRUSTvèle-JaKoB et d¹une O.D de dioxyne. Bien que l' arrêt de consommation de viande soit un très bonne chose, le fait que ces personnes se disent végétariennes me pose problème. Je ne crois pas détenir la seule et unique vérité en la matière, mais je pense que le végétarisme doit venir d'une prise de conscience des problèmes posés par l'abbatage industriel des animaux (qui n'est rien d'autre qu'une industrie de la mort, un peu comme les marchand d'armes, d'ailleurs) et les conditions d'élevage des animaux. Je considère l'action végétarienne comme une action militante et pas comme un caprice de jeune adolescent(e) qui tient à surveiller sa ligne ou comme une paranoïa pour sa propre personne. Certes, la vache folle, ou la dioxyne résultent entièrement d'une politique agricole beaucoup trop productiviste et d'un système pourris jusqu'a la moelle (qui fait que certain gros cons n'hésitent pas à exploiter le vivant pour faire du profit), mais je ne pense pas que l'arrêt de consommation de viande sous prétexte de veiller à sa propre santé puisse être rangé dans la catégorie du végétarisme. Quand à l'arrêt de consommation de viande pour perdre du poids, je prendrais même pas le temps (ni la place) d'en parler.
Le végétarisme n' est pas un caprice physique, c'est un acte militant.

Rémi.


A TABLE!