CHRONIQUES DE ZINES

Joie de vivre et nouilles en salade n°27 (gratuit, mettez quand même un timbre chez mr radix, 47, rue de Cuire 69004 Lyon http://nouillesensalade.free.fr )
Tout petit zine branché hxc/zique multiples/gwen stephani avec une interview super marrante et longue de tekken…

Nycthézine n°3 ( ? chez laurent Gallet, rue des equets 38460 leyrieu)
Le fanzine s'épaissit avec toujours des chroniques disques, fanzines, livres (très orientés histoire… nychtézine le fanzine des punks historiens : ) et reports concerts, le tout dans un ton franc et rigolo. Sinon il y a aussi une interview du groupe de punk fourmis delta et un historique de l'antimilitarisme à Lyon entre 1880 et 1914. Très sérieux avec des références, notes de bas de page et tout, cet articles manque d'une contextualisation plus générale et ne tire pas vraiment de bilan sur le sujet abordé. Sinon de l'excellent boulot encore que cet opus, une lecture conseillée.

Espoir (cnt-ait, BP4, 75421 paris cedex 01, contact@cnt.ait.info)
Le dernier numéro revient en grande partie sur le mouvement anti-cpe, d'un œil critique et lucide, mais il est possible qu'à l'heure où vous lisez ces lignes d'autres numéros soient sortis. Le ton est incisif, c'est un bon outil de réflexion sur l'actualité politique et sociale.

Icare n°1 (prix libre, 2 rue des grands carreaux, 27400 Louviers, athalie@no-log.org)
Petit fanzine fait par une militante parisienne qui témoigne en ces pages. Le gros morceau de ce zine consiste en l'interview d'une militante communiste espagnole emprisonnée, qui parle surtout de ses conditions d'arrestation et de détention. Un petit texte critique sur le mouvement anti-cpe (il y a tant à dire !) puis deux textes sur la sexualité : " à quoi servent els pédophiles " de Claude Guillon (également paru dans le hors-série sex d'apatride) puis un de l'auteure sur l'amour libre où elle semble défendre sa monogamie. Je en sais pas quels militants elle a rencontré car personnellement je n'ai jamais vu personne se faire reprocher sa monogamie, alors que l'inverse ! Sinon je ne pense pas que les militants de l'industrie du sexe défendent cette industrie mais simplement ses travailleurs au même titres que n'importe quels travailleurs. Bref la plupart des militants que je connais hurlent aux mots " amour libre " et " pornographie ", je suis donc étonnée qu'on puisse se sentir oppressée par leur partisans tant ils sont minoritaires.

Joker (prix libre chez rock'n pils, 68 avenue de chandon, 37400 Amboise ou sur la distro d'apatride)
Nouveau zine fait par des keupons d'mon coin. Quelques infos, chroniques et reports, mais surtout un gros dossier sur le festival free edge (festoch de hardcore) avec une interview des organisateurs et une présentation/report de chaque groupes. Un bon travail avec encore un gros défaut, la qualité d'impression qui rend certaines pages dures à lire.

Aie ! n° 1 à 6 (prix libre, keupont@laposte.net)
Fanzine fait par un lycéen prolifique avec des défauts inhérents à la jeunesse de son auteur (manque de recul face aux luttes lycéennes et face au music bizness de groupes comme bérurier noir, exploited ou les wampass, perte de place inutile, mise en page bancale) et des qualités pour les même raisons (enthousiasme, motivation, originalité). Une telle motivation doit être maintenue avec un petit effort d'ouverture vers des lectures révolutionnaires et vers un horizon musical plus étendu (ce qui devrait être fait dans les prochain numéro si l'on en croit les dire de l'auteur.)

Rien qu'en trainant n°2 (1€50, antoine_rav@yahoo.fr)
Il s'agit d'un fanzine à tendance skinhead sans étiquette (ça gratte le cou) au ton réfléchit et éclectique, que ce soit dans les interviews (two tone club (ska), woptime (hxc) et spraybach (punk)) ou les chroniques cds/zines. Il y a aussi un article sur le rockeur Buddy Holly, des recettes végétariennes/liennes et des paroles de chansons (dont Mc Jean gabin le casseur de punks hihi). Et bien sûr les photos de potes, putain ils sont potes avec mister T et mike myers, quelle chance ! Par contre la mise en page est pas terrible, vous pouvez critiquer la mienne dites donc ! Voyous !


My way n°8 " rock'n love " (5 euros chez valice prods, 30 rue François mitterand, 91510 lardy)
Dernier numéro pour le fanzine BD my way et c'est bien dommage ! Ce numéro parle de l'amour en général avec différents points de vue, du glauque au rigolo en passant par le mignon, le crado ou l'absurde. Dans l'ensemble c'est une réussite avec ma préférée, " le rockeur loveur ne rentre jamais seul " qui m'a fait beaucoup rire. Seul le texte de Vérole est ridicule. Donc pour résumer selon lui, avoir des enfants fait rentrer dans le rang et devenir un gros beauf raciste… alors que de nombreux " rebelles ", sans avoir d'enfants (Vérole en fait peut être parti ??) sont très vite rentrés dans le rang tandis que de nombreux parents ont su se préserver de la routine et de la tentation réac tout en apprenant à leurs enfants à rester critiques et intègres. Faut arrêter les clichés et laisser les gens faire ce qu'ils veulent de leur vie… De plus les propos comme " c'est effrayant une femme enceinte, on doit avoir de sévères fantasmes pour trouver que c'est beau. Comment peut-on voir l'être aimé se dégrader, s'alourdir, suinter les eaux pour finir par expulser un gosse " révèlent un problème psychologique grave avec l'image de la mère (sexisme ??) ainsi qu'avec le corps et la sexualité féminine en général… Le dégoût masculin pour les sécrétions féminines " sales " est un grand classique du sexisme masculin (alors que nous nous devons avaler ou se faire arroser la poitrine ou le visage des leurs avec un plaisir incroyable !). C'est peut être un truc de citadin, d'être dégoûté par des trucs naturels ? Je sais pas mais en tout cas ce type a un problème. Il se retient de faire l'amour peut être parce que quand même, c'est dégoûtant. En plus ce texte est inspiré d'une chanson d'opération s, groupe que j'adore, ce qui m'énerve d'autant plus.


Earquake n°88 (3 timbres chez fred leca, 55 rue st jean, 88300 neufchateau)
Passons sur la couverture aigrie, provocation assez puérile sur les " punks " (combien de personnes, dans notre chère scène, prononcent ce mot comme le vieux raciste d'à coté prononce " les noirs " ? Pourquoi un tel mépris ? Pourquoi choisir cette scène si ses principaux protagonistes vous dégoûtent ? Parenthèse non adressée à Fred Leca, je profite juste de l'occasion.). je suis très contente de ce numéro car je reprochait souvent à earquakn certain ton consensuel dans ses chroniques, là c'est loin d'être le cas, ça balance grave ! L'éclectisme et la passion sont au rendez-vous, ça fait plaisir. Pour les interviews, gravity slaves (hxc français) et un ancien d'adrenalin od qui a découvert le punk parce que sa demi sœur sortait avec mick jones des clashs… c'est fou la vie !).

Rotten eggs smell terrible n°14 (3€20 chez mundodrama, bp17 12450 la primaube)
Encore plein d'interviews éclectiques pour ce n° ! ça commence avec une nana de Curlee Wurlee (rock 60's ? j'y connais rien !!), une française vivant en Allemagne, dont l'expérience est intéressante. Ensuite rock'n roots (ex-fanzine), un ex a-bomb, the daltons (punk-oi de Caen, bon esprit même si ça me fait bizarre d'être citée à coté de mieux que des coups d'docs !!) red head man (label ska, on apprend pleins de choses) et enfin la reproduction d'une vieille interview d'oth. En plus de ça, des chroniques zines/skeuds au ton sympa, et des BDs et reports incompréhensibles. Le ton de ce zine est parfois un peu trop private-joke mais le tout reste une excellente lecture très complète. Sinon ce numéro est accompagné d'un CDR " sampler " qui mis à part le fait d'exhumer quelques vieilleries et conneries diverses présente surtout l'intérêt de nombreux inédits de groupes (surtout des reprises) tels janitors, lutece borgia, opération s, etc etc… Super sympa, comme le zine privilégie plus le fond que la forme !


Chéribibi n°15 (5 euros, chéribibi, bp241, 75624 paris cedex 13)
Nouveau très grand format pour ce dernier n° de chéribibi qui compte se lancer dans le trimestriel après ce numéro. Au sommaire batmobile (psycho), angelic upstars, prince buster (d'un paternalisme gerbant, j'ai détesté) , the oppressed (passionnant !), susan cadogan et glen adams (ska 60's) , bérurier noir (intéressant mais évite soigneusement les sujets qui fâchent), junior murvin (reggae) et Attila the stockbroker ( ??? punk médiéval ??? la traduction de " contributory negligence " est hallucinante). Sinon pleins de chroniques skeuds/livres, une superbe BD en couleur… La mise en page est superbe… Par contre c'est bien joli de défendre la contre culture mais accorder plein de place aux livres (qui ont d'autres moyens de publicité) et si peu aux fanzines (qui n'en ont quasiment pas d'autres) c'est pas très logique. Lecture tout de même ultra-conseillée.

Cette semaine n°88 et 89 (prix libre ou abonnement 12 euros50 par an chez cette semaine, bp275, 54005 Nancy cedex)
Gros zine A4 anarchiste à la belle mise en page sur différents sujets mais principalement actualité française (émeutes en banlieue, cpe, luttes diverses), squatts, prison, solidarité internationale. Le ton est ultra corrosif, c'est la lecture anarchiste la plus radicale qu'il m'est été donné de lire depuis des années. Le sentiment de classe, la révolte est au bout de la plume des textes réfléchis qui sont une véritable bouffée d'air frais dans la bouse gaucho-facho des médias français ! je vous conseille +++ cette lecture qui fera bouger vos méninges sans les faire griller !

Vol au dessus d'un nid de keupons n°3(phaco records bp89 33037 bordeaux cedex phacorecords@yahoo.fr )
Excellente petite feuille d'info avec chroniques zines/skeuds et news, le tout tournant autour du punk. Le ton est alerte et les propos longs et intéressants. Un bon moyen de se tenir au courant des dernières sorties et lecture très agréable.


Nina et ses idées noires n°8 (prix libre chez nina ménard, 14 avenue des hautes bruyères, 94800 villejuif)
Le zine anarchopunk continue son bonhomme de chemin en s'étoffant et en livrant des couvs de plus en plus moches : (je vais finir par vraiment les vexer, mais j'avoue que je ne vois pas trop l'intérêt de diffuser des dessins tant qu'on ne maîtrise pas bien la technique). Niveau interview sprayback (punk), kronar (oi), la société elle a mauvaise haleine (anarchopunk), plutôt sympas, quelques chroniques manifs/disque/concerts/fanzines et des textes plus ou moins intéressants (j'ai adoré celui sur les Cévennes et ses dîners de familles !!)

Seine urbaine n°6 (1€64 à niko punkahontas, la canada, chemin la source st laurent, 27500 tourville s/pont-audemer)
Le fanzine s'intellectualise, il y a deux textes dedans ! Pour commencer celui sur la lutte anti-cpe, le plus intéressant. Dénonce bien les manipulations des syndicats étudiants, par contre aucune réflexion sur le fond de la lutte, en clair comment le mouvement anti-cpe a occulté le fond du problème c'est à dire la loi sur légalité des chances qui elle est passée !! Le texte sur les ogms est lui très confus, avec des arguments très limites genre " ça peut nous tuer mais il faut bien mourir de quelque chose " et occulte l'aspect capitaliste du problème (la possession des plants par les grosses firmes comme monsanto). Les chroniques de l'autre connard de houellebecq m'ont un peu fait sauter au plafond : " critique active du féminisme qui signifie le dépérissement de la masculinité " pfff non mais quelle connerie. Le féminisme c'ets pas contre les hommes mais pour les femmes ! allo !! on est en 2006 !! On n'échappe pas au sexisme non plus dans les chroniques de disque avec une gentille blague sur apatride " on va finir par penser que je suis une gonzesse ! ". Voilà y'a aussi deux reports concerts dont un du punk and disorderly et la fin d'une interview de " le parapet ".… oui je suis méchante mais l'écologie et le féminisme, faut pas trop me titiller dessus, c'est comme ça.

Nychtézine n°4 (quelques timbres chez laurent gallet, rue des equêts 38460 leyrieu)
Toujours du bon boulot ! maintenant Laurent se fait chier à citer les autres fanzines ayant interviewé certains groupes dont il parle, gros boulot dont je doute malheureusement de la portée… sinon toujours autant de chroniques disques/zines/concerts/livres avec le coin du punk celtique… un texte sur les séries policières qui commençait bien mais s'enlise dans un passage fastidieux sur l'adn. Et une interview de Varlin, groupe anarchopunk avec un ex p4 qui sait revenir sur ses erreurs passées, ça c'est cool. Très intéressante comme interview avec un concept " d'errorisme " original !

Dynamite n°23 (gratos + un timbre chez yanic bilien, 7 rue jules massenet, 69330 meyzieu)
Dernier numéro pour le zine qu'il arrête, et franchement il était temps, vu l'aigritude de plus en plus manifeste chez Yanic ! Heureusement cela ne se ressent pas trop dans ses chroniques, plutôt intéressantes, et nombreuses car le zine est plus gros que d'habitude et sans interview. Voilà, une bonne thalasso, une bière, et rebienvenue dans le fanzinat, Yanic.

Human disater n°6 (gratuit + timbres chez Philippe morey, 29 rue des ormes; 38070 st Quentin fallavier)
Un numéro bien touffu avec plein de choses à lire dont d longues chroniques punk/rnr/crust/hxc… Ouverture d'esprit qui se retrouve dans les interviews : mon dragon (punk/crust), plastic guns (punk/oi/rock'n roll) et safwan (d'akuma, ex banlieue rouge et tatoueur). Chaque interview est longue et fouillée avec des questions originales qui ne vont pas toujours dans le sens du poil, tout en restant collées à l'actualité des interviewés, et ça c'est pas facile à faire !!! Si on exclut un édito aigrit digne d'un fanzine de hardcore, c'est un excellent fanzine.

La gapette (2 euros chez GGGAp c/o CNT-AIT, bp4, 75421 paris cedex 09)
Zine du groupe anarchiste autonome de paris, dont le contenu est logiquement composé de textes politiques sur le vote, le communisme, la lutte internationale… la pertinence des textes aurait a gagner d'une mise en page moins austère qui en donne pas vraiment envie !

Solitude (solitude records, 13 rue des turcies, 4500 Orléans www.solitude.fluo.net )
Superbe nouveau fanzine hardcore imprimé comprenant de belles bds, des textes, des chroniques et des interviews de eat shit experience, total fucking destruction, the flying luttenbackers, amanda woodward, monarch et sayya dina. Si on échappe pas à la branlette dialectique propre au hardcore et aux blagues vaseuses de Bastien, l'ensemble est intéressant avec de bonnes questions, notamment sur le DIY. Du bon boulot !