Chroniques fanzines

Di witt n°4 (prix libre chez johan rageot, 27 a rue pierre vaux, 71100 Chalon sur saone)
Petit zine A5 braché hardcore à la mise en page diy lisible (mais quelle couv laide), composé d'interviews : radio bikini (hardcore punk hollandais gaucho mou), exclaim (hardcore japonais, pas toujours fin mais très intéressant), mais aussi une grosse quantité de chroniques et des reports. Ça j'apprécie, les textes persos moins (c'est typiquement hardcore en tout cas) genre " profitons à fond de la vie ! putain, qu'est ce que je suis déprimé moi ". à part ça, le ton est agréable et passionné.

No hope (raphael kervella, 17 rue d'abouille 29200 brest, kilklown@numericable.fr)
Passée la première impression d egros bordel et de noms de groupes imprononçable, ce zine est rigolo et intéressant. Les interviews ne sont pas toutes passionnantes mais bien foutues (die ! amanda woodward, trouble every day, choking viktims (historique), gu guai xing qiu, mike bukowski (un dessinateur), les chroniques aussi et il y a même des chroniques cinéma. Sinon il y a aussi de reports et pleins d'illustration super connes (bud spencer style). Pas forcement mon domaine mais un bon petit fanzine hardcore.

Take my breath away n°1 et 2. (gratuit, crapoulet @free.fr)
Ce petit zine a6 est la nouvelle production d'Olivier rude boi qui souhaite se rapprocher du milieu hardcore. Ces numéros sont uniquement composé de nombreuses chroniques de groupes rock'n roll et hardcore, et quelques zines. C'est dommage qu'il n'y ait pas d'interview car j'aime beaucoup le style d'Olivier en la matière mais bon, les fans de chroniques seront servis car elles sont archis nombreuses.

Knoxville county redneck tribune n°2 et 3 (10 rue dupuytren, 87200 pierre buffière)
Le n°2 est un vrai zine A4, le n°3 2 pages A4 écrit tout petit ! KRT c'est un zine à l'univers ultra spécial, très branché contre culture américaine trash/rock'n roll. La mise en page à base de collage et l'utilisation d'une machine à écrire ajoute un charme en plus. Chaque zine comporte une nouvelle, très bien écrites, qui se passent dans des bleds bizarres avec des gens cinglés au fin fond des états unis. Sinon le n°2 comporte des news à la con, une interview d'hellbats (psychobilly), de demolition girl (rock'n roll allemand dont la chanteuse a une personnalité très intéressante), et Lili Z (ex spalsh4/no talents et actuelle volt/one-woman band…) des chroniques livres/zines/skeuds complètent le tout. Le numéro trois comporte lui en plus de la nouvelle hallucinante un texte de Sonny Vincent, une interview de flying over (rock'n roll de la rochelle) et quelques chroniques. Un excellent fanzine à l'univers psychédélique qui fait super plaisir !

Burn val burn n°14 (50ct, http://burnvalburn.free.fr)
Ce fanzine à la fois débile et sérieux est décidément increvable. Ce numéro entre diverses bds et illustrations débiles est composé de différents témoiganges : un ur une histoire de délation, un témoignage sur la vie d'un français à londres et l'horreur banale d'une agression publique.

Rudeboi ! n°9 (bp 50144, 75623 paris cedex 13, www.rude-boi.com)
Dernier numéro pour Olivier qui s'oriente vers le hardcore. Il fait bien ses adieux, ce numéro est un pavé de lecture avec ses 17 interviews dans des styles très différents (psycho avec monster klub, punk avec deadline ou les cotizeurs, oi avec the janitors ou crâne de fer, hardcore avec by my fists, skinhead reggae, fanzine…. ) Il y a également quelques articles, un quizz foot, pleins de conneries rigolotes et un tonne de chronique. Le ton sans être militant est réfléchit, les questions des interviews sont très intéressantes. Le ton peut être parfois un peu aigri ou méchant, mais la lecture se fait d'un trait, on apprend pleins de trucs. C'est vraiment con que la mauvaise ambiance et les rumeurs du milieu ski aient eut raison de ce zine.

I want you to be a punk : recapitulation (n°1 à 17), 3 euros pc chez laurent Pallanca, 4 rue de Clatigny, 78150 le chesnay)
La petite feuille d'info s'arrête. Pour fêter ça elle sort un recueil de ses anciens numéros de septembre 98 à juillet 2002. la mise en page est d'origine, donc bien roots et écrit tout petit. Tout ça donne un gros pavé de lecture avec chroniques, interviews et historiques, surtout branché punk77, oi et rock'n roll. Le ton " à l'ancienne ", passionné et pas prise de tête, donne son cachet à cette feuille d'info qu'on regrettera. Une bonne lecture avec quelques interviews de légendes locales.

Rotten eggs smell terrible n°13 (2 € chez mundodrama, bp17, 12450 la primaube)
Daniel chéribibi tout minot en couverture, c'qu'il était chou ! le fanzine continue sa route avec toujours son éclectisme, son ton enjoué et passionné et son humour. Une interview marrante de Schultz pour commencer, puis dynamite zine toujours bavard (avec en prime son report du rude boy unity), guérilla poubelle un peu gaucho mou. Bavardage ensuite, c'est un zine punk/HxC apparemment, la nana est très impliquée dans le réseau squat ce qui rend son interview passionnante. L'interview de chéribibi constitue le clou du zine, ultra longue et pourtant on en redemande, ce mec est un livre ambulant. La contre-culture skinhead vu comme ça c'est autre chose que des hooligans bourrés qui crient oi !oi ! bien sapés. Chaos 83 sont aussi passés boire un coup ainsi que le groupe de ska explorer. De nombreuses chroniques skeuds, zines et bouquins (avec l'aide de Victor hams) complètent ce pavé de lecture. Ultra conseillé.

L'oreille cassée n°18 (2€ chez laurent laloue, apt 13 bat g, résidence le domaine, route de léognan, 33170 gradignan)
Y'a des fois comme ça où on se dit " quelle bonne idée, mais pourquoi n'y ais-je pas pensé ? " la jalousie passée, j'ai lu avec plaisir ce dossier constitué par les réponses de différents activistes à ces deux questions : " qu'est ce que le punk pour toi ? " et " quels sont tes cinq disques préférés ? " l'éclectisme des personnes interviewées (ça va du goéland à attentat sonore en passant par la pétroleuse, tapage et Géraldine ou encore taï-Luc…) rend les réponses très intéressantes et parfois surprenantes ! il y a aussi une longue interview de new-rose et une plus anecdotique de radiation (punk'n roll) ainsi que quelques chroniques disque et zines. Un fanzine très sympa.

I believe in myself n°4 (1€50 chez Audrey Lidec, guerlé, 29300 guilligomarc'h)
Skinzine dans la tradition du genre, même si on échappe aux traditionnelles photos des potes ! au sommaire menace, urban crew, tir groupé, les caves se rebiffent 2° partie, rhytm'n boots et résistance 77. J'aime beaucoup le ton des chroniques car la rédactrice dit franchement ce qu'elle pense et les développe bien, par contre le ton des interviews résolument anti-polémique rend les propos parfois un peu plats (quoique avec des réacs comme urban crew il vaut mieux qu'ils ne se lâchent pas trop). Mais c'est une lecture agréable (même si la rédactrice commet l'erreur ô combien impardonnable de pas aimer apatride ! olàlà !)

Nycthemere zine n°2 (Laurent Gallet, allée des acacias, 38460 leyrieu, laurent.gallet@wanadoo.fr)
La présentation de ce zine est toujours très austère mais le zine se dévore avec toujours autant de plaisir. Cette fois çi il y a une interview, celle de boisleve avec des questions sur son label qui sort des groupes " exotiques " mais aussi sur les animaux. Avec cela de nombreuses chroniques rock'n roll/punk/oi et de fanzine au ton bien acéré et aussi des reports concerts, des contacts. Encore un excellent travail, doit persévérer jusqu'à la fin de l'année scolaire.

Brochure " crève l'industrie du disque " (publiée par l'infokiosk tya baillis c/o rive gauche, quai de la thièle 3, 1400 yverdon, suisse. Tya_baillis@no-log.org)
Cette brochure A6 réunit deux textes sur le thème de l'industrie du disque. Le premier fait un historique de l'industrie et explique le fonctionnement du DIY. Il n'est pas d'une grande rigueur historique et je l'ai trouvé un peu optimiste, avec néanmoins un ton très méchant que j'aime beaucoup. En fait c'est un espagnol qui l'a écrit, tout s'explique ! en effet y'a pas plus trash que les écrits anars espagnols et pas plus développé que la scène DIY espagnole ! le second texte est un excellent texte de Costes, hargneux à souhait.

Nycthemere zine : hors-série celtic-punk
N° très complet avec des tas de trucs à lire ! il s'agit d'un gros dossier présentant les différents groupes celtique avec passion amis recul. La preuve avec l'interview de flatfoot 56, groupe catho pro-bush et anti avortement, des gens vraiment sympas quoi ! encore une excellente lecture !

Propagande n° ? (http://angryapunkpropagande.site.voilà.fr)
Ce zine est entièrement composé de textes par un couple de punks d'origine anglaise (ce qui explique certaines références et excuse les nombreuse fautes). Les collages, l'écriture à la main et les sujets abordés (armée, flics, sexisme, fashion punk) sont assez dans le cliché anarchopunk. Néanmoins le ton dépasse le gauchisme consensuel, il y a là une véritable haine de classe (malgré un appel au vote contre le référendum) . Le truc qui me dérange c'est le ton assez aigri (qu'ils citent au moins ceux qu'ils critiquent, parce que là c'est vraiment pas clair et on se demande si on doit se sentir visé) et un ton un peu supérieur genre " on a tout compris bande de jeunes cons qui ne vaudront jamais notre génération ". Je caricature mais je trouve ça dommage car ce sont les premiers à regretter les divisons au sein du mouvement, mais je pense qu'un jeune punk qui tombe là dessus il va pas se sentir de leur coté. Un peu de diplomatie est parfois nécessaire !

Seine urbaine n°4 (1€64 chez nico punkahontas, le Canada, chemin de la source st laurent, 27500 tourville sur pont-audemer)
Ne vous fiez pas à l'adresse, ce zine n'est pas celui du label punkahontas mais celui d'un jeune skin (ou punk ? on s'en fout), un normand clairement anti fa (c'est assez rare pour être signalé hihihihi). C'est donc un zine A5 bien complet, avec ces interviews de paris violence "(et sa p'tite provo habituelle, il me fait bien rire), punkahontas (parle bcp d'orga de concerts), CDT (oi !) et the daltons (oi !). Il y a aussi le témoignage d'un ancien déporté (un peu léger), un historique des cadavres, des photos de potes, des chroniques livres/disques/fanzines. Agréable, ouvert d'esprit, à recommander.

Raideur spécial pape (gratuit)
Fanzine assez étrange, mêlant délires divers, bds, caricatures, reports, chroniques et interviews nulles. L'ensemble est assez inégal, du très rigolo au franchement consternant. Mais bon c'est gratos…

Melting pot (split zine WSD/kontagion) (gotham@noos.fr , kontagion, bp 241, paris cedex 13)
Wall street destroy (fanzine anarchopunk) devait arrêter ses activités, v'là t'y pas qu'il revient en split avec un fanzine bd, et c'est du retour de grande classe. Le fanzine est en effet imprimé et relié avec une belle couverture couleur, il est en plus bien épais , remplis ras la gueule. Les bds, la plupart de bonne qualité, sont variées et plutôt rock'n roll. Sinon il y a des reports et des chronqiues en abondance, et une idée très originale : une série de questions sur la scène punk posée à de nombreuses personnes (activistes ou anonymes) avec des points de vues très variés. Du superbe travail, pas de prix indiqué, envoyez un mail pour savoir.

L'heure tard n°44 (dispo contre une enveloppe timbrée à 0€75 chez Didier trumeau, chemin de grands champs 18100 Vierzon)
Un fanzine assez particulier, à la présentation austère et étrange. Il est entièrement composé de chroniques disques/zines et de poésies/textes poétiques. Un fanzine bien rempli, moi la poésie c'est pas mon truc mais les chroniques sont longues et détaillées.

Mononoke n°3 (prix libre chez Carville David, 38 rue du docteur dubois, 58110 chatillons en bazois)
Gros zine de 64 pages A4 avec une présentation très jolie (j'adore la couverture !). l'originalité de ce zine plutôt hardcore est dans son ouverture d'esprit, tant au niveau des sujets abordés, du genre musical que de la géographie des groupes. Une certaine fascination pour le Japon avec des chroniques mangas et films ainsi qu'un groupe de punk hardcore japonais (everybody's enemy qui ne se foulent pas beaucoup malgré d'excellentes questions.) sinon en interviews il y a aussi brixton cats (se foulent pas beaucoup non plus, avec en plus un coté un peu pédant cf " c'est pas moi qui l'ai dit " , bonjour les bourrins.), charogne stone (HxC crust), Ollib (photographe musical très bavard et passionnant, avec un petit coté élitiste), princess anies (rappeuse, intéressante mais peu consciente du rap bizness), damage control (hXc de Norvège, gentillet), maiolan (activiste chinois qui dresse un excellent portrait du punk en chine) et one more reason (HxC féminin, interview très sympa). Sinon il y a des présentations des scènes d'Austin (Texas), de Russie, des Philippines, divers textes de tous pays, des photos, des chroniques zines disques longues et détaillées. Encore du super taf, mon zine HxC préféré.

Burn val burn n°14
Ce n° semble avoir été écrit sous lsd! On s'y lâche grave ! outre les conneries habituelles (photos détournées, bds…) on y trouve un long texte hallucinant sur un mec qui a bossé dans la presse régionale, a tout balancé sur son blog et s'est fait virer. Les noms sont remplacés par de références au 3ème reish/France pétainiste (le journal est rebaptisé " je suis partout ") c'est bien fendard. Le second texte parle des frites ( ?), plus un règlement de compte avec un mec de l'UNEF.

Sierra maestra n°8 (2€50, 10 euros pour 5 numéros, sierra maestra, Cyril keller, 37 grande rue, 25490 badenel)
Fanzine du RSRA (réseau de supporters anti-racistes) imprimé A5, la classe. Si les parties foot me passionnent moyennement (interviews, présentations de kops, etc. ) la partie contre culture est tout à fait honorable : chroniques disques/zines/livres, texte sur les ouvriers creusois, bibliographie commentée de la commune de Paris, et deux reports des festivals de supporters anti-racistes. Le ton est parfois un peu viril, mais le tout est sincère avec une forte conscience de classe et un esprit skinhead comme je 'aime, c'est à dire passionné et clair politiquement sans guéguerre de chapelle ou écervellement volontaire.

Que vive le rock libre est une feuille d'info avec des news et des chroniques éclectiques (punk/ska/oi/HxC…), disponible contre un timbre chez Zéric Hartweg, 3 rue de la plâtrerie, 91150 etampes.Worlds at war (36 rue favarel 31240 st jean, industwetrust@tiscali.fr)
Un gros pave A5 bourré à craquer, avec une très belle mise en page sur paier recycle. Dominance hardcore pour les interviews (le reste est plus éclectique) : nations on fire, seanews, le rédacteur qui s'auto interview( ??? ah les hardcoreux, toujours en train de raconter leur vie), actions fall short, mlle A (libraire qui balance sur ses conditions de travail chez les pontes du bouquin français), sanjam (zine/label), lawstreet 16, impure wilhelmina. Ajoutez à ça une tonne de chroniques, des textes, quelques trips … un boulot de titan.

C.O.P.E.L, tunnels et autres apports des groupes autonomes : expériences de luttes dans les années 70 et 80 (Valence-Espagne) (cette semaine, bp275, 54005 nancy cedex)
Cette brochure a été réalisée d'après un enregistrement où d'ex membre de l'organisation " copel " s'expriment. Cette organisation a soutenu des prisonniers et combattu le système carcéral dans un contexte compliqué et tendu. Intéressante pour connaître mieux les conditions de luttes, de vie en prison et les organisations des années 70/80 en Espagne.
A la même adresse est dispo " a toute allure ", feuille d'info de lutte contre le TGV Lyon-Turin.

Nina et ses idées noires n°2
Quelle couvrante moche ! il serait dommage de s'y arrêter. Ce zine a fait de sérieux progrès ! l'interview de Claude Guillon est vraiment très intéressante, c'est un écrivain anarchiste qu'on écouterait parler pendant des heures. Celles de brixton cats et de la librairie quilombo sont moins passionnantes. Sinon il y a des chroniques, des reports de concerts (et de manifs !!) un texte anti capitalo et des illustrations très rigolotes. Un jeune fanzine à soutenir avec un état d'esprit très sympa (mais très exigeant).