Chroniques 6


Nycthemere zine n°1 (1 € chez Laurent gallet, allée des acacias , 38460 leyrieu, laurent.gallet7@wanadoo.fr)

Ce zine est plutôt fin (12 pages A4) et pas très joli puisqu'il ne comporte aucune image, mais c'est toujours mieux que des collages trop moches de dessins pourris vu 1000 fois, c'est très lisible et le fond compense aisément la forme. Il s'agit essentiellement de chroniques zines et disques plutôt éclectiques, car si le monsieur est anarchiste il n'en a pas pour autant des oeillères et chronique punk, oi, rock'n roll… il y a aussi quelques reports de concert et un historique de business (de 79 à 95) avec une info que je ne connaissais pas : " l'été 1984 lol pryor (…) contacte les membres du groupe afin d'enregistrer un pseudo live. Les titres sont enregistrés en studio et les sons de foule ajoutés au mixage. L'album loud, proud and punk- live sort en septembre 1984, la pochette indiquant que les titres sont issus de prestation live de 1981 à 1983 ! " Le ton est agréable et érudit avec un humour à la con que j'apprécie beaucoup. Un excellent début qui j'espère ne sera pas le dernier.

Watch your back gratos (sharp-paname@no-log.org)
Petite feuille d'info du sharp paris : historique du mouvement skinhead, présentation du sharp et pleins d'infos sur pleins de groupes. Sympa et bon esprit, indispensable pour tout les abrutis pour qui sharp = apo louche.

Human disaster n°5 ( prix libre chez Morey Philippe, 29 rue des Ormes, 38070 st quentin fallavier)
Bon je suis un peu à la bourre mais il n'est jamais trop tard pour bien faire. Ce petit zine continue sa route sans faire de vagues, pourtant il mérite votre attention malgré une couvrante très moche(spécialité du zine semble-t-il). Le meilleur moment de ce zine est l'interview de lean on me, avec un gros passage consacré à la classe ouvrière. Ce zine est plutôt branché punk-rock, milieu souvent anti-ouvrier ; c'est pourquoi ce genre de mise au point fait bien plaisir. Bad nasty eux ne brillent pas vraiment par leur radicalité, pas vraiment très intéressant comme interview. Celle de rude boy unity apprend pas mal de trucs sur la suisse et particulièrement ses squats. Voilà sinon y'a pas mal de chroniques, surtout du punk. L'édito a beau être énervé et le type dire ce qu'il pense le zine a un ton passionné et jamais mesquin, le genre d'état d'esprit qu'on aimerait voir plus souvent (je rappelle qu'un zine est un moyen de promouvoir sa passion, pas un passage obligé vers la reconnaissance sociale dans notre petit milieu)

Let's go n°3 (3€ Pc chez let's go, 107 rue G de gaulle 78120 Rambouillet)
Ce zine est comme son nom l'indique celui de l'asso " let's go " des gens de KTS. L'esprit du zine est à l'image du groupe : punk et skin, ouvert à toute les tendances (sauf une mais bon vous l'imaginez bien : ) sans être apolitique pour autant. Les chroniques disques et zine sont variées et particulièrement soignées, et la mise en page plutôt réussie malgré pas mal de photos pixélisées. Pour ce qui est des interviews il y a un dossier sur les groupes du nord avec working frog, cotizeurs et chaos ethilik. Deux labels sont également au sommaire, disagree records et mass prod, ainsi que le zine no governement, le groupe québécois akuma et la témoignage d'un vieux punk des années 80. A part l'interview d'akuma qui m'a semblée assez anecdotique toutes ses interviews sont très agréables à lire et dans un esprit plutôt bon (même si des propos comme " souvent j'ai rencontré des gens avec des beaux discours et au moment de voter, tu ne les vois pas ! " (disagree rcds) me prêtent plutôt à sourire… je ne comprend vraiment pas comment on peut avoir encore confiance en ces saloperies de politicards et surtout comment on peut penser que voter et un acte radical !) bref si le zine manque parfois de critique (pochette de malaka, attitude de akuma…) il n'en est pas moins un bol d'air frais pour le rapprochement entre la scène punk et skinhead.

Vol au dessus d'un nid de keupon (phaco records, bp 89 33037 bordeaux cedex phacorecords@yahoo.fr)
Feuille d'info bien remplie du label phaco records, avec des chroniques fanzines et skeuds punk et redskin, des infos et un peu de politique… censé sortir tout les deux mois et accompagné d'une petite distro originale. Le texte du numéro que j'ai, celui d'Emile Henry qui justifie le terrorisme n'est pas forcément un choix très judicieux à mon avis, la " propagande par le fait " ayant été abandonnée à juste titre depuis une centaine d'année par les anarchistes. (et qu'on ne viennent pas me parler d'action directe, si c'est ça l'anarchie, bonjour l'angoisse !)

Gonna make it n°2 (1€50 chez gonna make it, 04 sq de provence, 35000 Rennes)
Ce petit zine A5 m'a surpris puisqu'il mêle le milieu hardcore sXe/végétarien à un peu de culture skinhead, avec en plus un minimum de réflexion dépassant la branlette intellectuelle souvent rencontrée dans les zines hardcore. De plus l'accent est mis sur la scène internationale ce qui apporte une touche d'originalité. Au sommaire donc, thirteen steps (hardcore de la Corée du sud), petit historique de bad brains, reflection records, scène reports Afrique du sud et hong kong, the prowlers (oi ! du québec), fausse interview débile de destiny child, commitment records (label strait edge… quelle drôle d'idée. Moi je vais monter un label de gens qui n'aiment pas le chocolat. Ça intéresse quelqu'un ? Non je suis mauvaise mais autant le végétarisme je comprend qu'on puisse militer au nom de la libération des animaux mais le trip SxE est plus un truc personnel pour moi, et si l'addiction à toute drogue est mauvaise pour tout le monde la consommation à petite dose de certaines substance ne me semble pas vraiment un problème… et puis le mot " drogue " est très vaste, on en revient à mon histoire de chocolat… cacao free !!!), backsight (hardcore français " engagé " d'après ce qu'ils disent, à mon avis être engagé quand on chante en anglais ça sert pas à grand chose mais bon en tout cas ils sont intéressants) + des textes sur les animaux, des recettes végétariennes, et des chroniques disques et zines. Si pas mal de concepts m'échappent un peu du fait de ma méconnaissance d'un milieu qui m'a jamais fait vraiment triper ce zine mérite quand même toute votre attention. Bien fichu et sans prétentions, ouvert d'esprit, rigolo par moment ; à lire.

Les caves se rebiffent (1€50 chez do it yourself (LCSR) BP 135, 87004 limoges cedex 1)
Ce numéro s'est fait attendre mais au vu du boulot accomplit cela valait le coup. Il est à présent payant mais pas de quoi hurler surtout vu l'épaisseur du truc !!! le numéro commence avec des tas de news dont certaines, malgré leur coté anecdotiques, sont vraiment fendards, mais où vont ils les chercher ??? Niveau interview l'éclectisme est de rigueur : LSD, sale batards F.C, shark soup, panik LTDC, bombardiers, vendetta (le groupe), Aliz Tale, les spurts, choking suzan, tian an men records, pillow fight. La qualité des questions et des réponses varie selon les cas ; l'interview d'Aliz Tale auteure de nouvelles est particulièrement originale et captivante ; de même pour tien an men records (label français spécialisé dans la sortie de groupes du " tiers monde "). Seule la bêtise de pillow fight qui adopte le point de vue en vogue en ce moment " bush caca kerry youpi allons tous voter comme des moutons " m'a un peu agacée. En tout cas le zine fait preuve encore une fois de perspicacité pour nous sortir des groupes intéressants, actifs et pas forcément supers connus ici. Comme d'habitude la mise en page est superbe avec plusieurs pages de belles photos de groupes et de personnes. Les chroniques (disques, zines, romans…) donnent une idée de la boulimie littéraire et musicale des rédacteurs !! niveau contributions originales, un reportage sur un voyage au Népal, un excellent report de la tournée US d'opération S et un report de la tournée d'haircut au Canada. Bon j'avoue m'être demandé ce que ce groupe qui ne cache pas ses affinités avec la scène RAC belge faisait là, mais le report ne souffre d'aucune ambiguïté et il est même très intéressant à lire. Ceux qui seront scandalisé n'auront qu'à arracher les dernières pages. Probablement le zine le plus érudit de toute la France… voire le plus passionné. Indispensable.

No government n°49(3€PC chez adrenaline records, bp2176, 51081 Reims cedex)
Le numéro 50 a déjà été chroniqué dans apatride mais c'est pas grave puisque ce numéro est un spécial vieux groupes français donc il est intemporel. De nombreux historique et interviews donc pour haine brigade (très longue interview), al kapott, scraps, OTH, final blast, etc, etc etc… belle mise en page, propos intéressants, après lire l'historique de groupes que je connais pas du tout dans certains cas me passionne pas forcément. Moi ce qui me défrise le plus en fait, c'est le prix : déjà 2€ pour 24 pages noir et blanc c'est cher, mais quand en plus le zine se fait une centaine d'euros de pub sur ce seul numéro, je trouve que c'est quand même un peu du foutage de gueule. Cette remarque ne m'empêchera pas de regretter la décision des deux rédacteurs du zine d'arrêter définitivement leurs activités (espérons qu'ils ne s'y tiennent pas comme la dernière fois).


Contre culture n°5 (prix libre, dispo chez maloka entre autres)
Pour ceux qui connaissent pas encore ce zine est celui de l'anarchopunk fédération et a pour but de permette à toute personne de s'exprimer, de participer au zine. Il commence par une présentation des activités de différentes APF régionales. Dijon déçoit, qui a sûrement plus de choses à raconter que de simples annonces concerts ! Ensuite il y a un texte sur le black block qui est plus une justification de leurs méthodes violentes qu'une explication des buts et des actions du truc… je ne vois pas ce qu'une justification de l'EZLN vient foutre au milieu, surtout qu'il n'est nulle part expliqué en quoi cette organisation aide CONCRETEMENT les paysans, surtout quand on sait que des paysans ont manifesté contre l'EZLN, et que cette orga est soutenue par des gens comme Danielle Mitterrand ou José Bové. Je ne comprend pas en quoi critiquer cette orga est une insulte aux enfants exploités. Un peu comme si critiquer des syndicats français était une insultes aux ouvriers… il y a aussi une recette originale de cocktail Molotov qui s'allume pas. Suit l'interview d'Yves Peirat (ancien prisonnier en raison de ses activités au sein des FTP qui ont détruit des locaux nazis) qui m'a agréablement surpris. Un anti-fa clairement abstentionniste, ça fait plaisir. Il y a également des comptes rendus d'actions antifa à travers le monde et d'attaques fascistes. Les interviews de groupes commencent avec generacion perdida (punk du Pérou) très politique avec des questions très orientées. Je trouve dommage que la scène locale ne soit pas vraiment abordée de même que l'expérience personnelle du groupe qui a l'air très renfermé sur le milieu anarchopunk. L'interview de dona maltad (anarchopunk du vénézuéla ) est dans le même style avec des questions incroyablement longues et parfois ardues à capter. (signées WGF). Le groupe s'en sort pas trop mal . Un effort est fait de la part de l'interviewer qui laisse parler proof distro, une anglaise qui fait une distro 100% punk d'Amérique latine. AK47 suit (punk hardcore du Canada) et c'est une catastrophe, des gros cons de communistes autoritaires qui justifient allégrement MAO et ses actions : " nous croyons dans le leadership révolutionnaire et la structure de parti politique ", " que pense-tu qui s'est passé durant le règne de mao ? j'espère que tu vas pas répéter les même conneries que les bourgeois-libéraux à propos " des millions de gens crevant et le grand désordre " juste à cause d'un homme ". (encore une interview signée WGF) qu'un zine anar publie une telle insulte à des milliers de morts me sidère. Le niveau remonte avec un texte d'une militante macédonienne (dont le point de vue local sur le communisme diffère de l'idéalisation aveugle des précédents !) qui dresse un portrait très intéressant de la situation des femmes dans ce pays. Je n'ai fait que survoler les suivants sur l'Irak et la Palestine car signés WGF (a noter que ce mec pense qu'Israël est un îlot de démocratie). Pour finir pleins de chroniques zines et disques de différents auteurs plutôt sympas sauf WGF, encore lui, qui pond plusieurs pages de conneries citoyennistes pour quelques chroniques (en résumé tout propos révolutionnaire énerve le gus qui répète encore et encore qu'on est très bien en France, que les flics sont sympas, qu'on n'a pas le droit de se plaindre parce que y'a pire ailleurs, et nous raconte encore et encore sa passionnante vie qu'il pense comme étant un exemple universel). Voilà donc un zine fortement parasité par une personne plutôt stupide, c'est pourquoi la nouvelle formule de CC vient d'arriver : il s'agit d'exposer vos activités sur une page mise en page par vos soins, à envoyer ici : Florian c/o maloka, bp536, 21014 dijon. A vos plumes pour une plus grande diversité du zine !


Mononoke n°2 (2 € chez Carville david, 38 rue docteur Dubois, 58110 chatillon en bazois)
Ce zine a à première vue tout du zine hardcore classique, genre qui me passionne rarement. Pourtant ce zine est passionnant. Bon, tout ne me parle pas, soyons francs, mais le moins que l'on puisse dire c'est qu'il y en a pour tout le monde !! commençons par les interviews : the filaments (ils paraîtrait qu'ils splittent, et c'est bien dommage), robots in disguise (deux nanas cinglées qui font de l'électro), values intact (hardcore oldschool de Sicile strait-edge un fermés)prikosnovénie (label " d'heavenly-voice " ? j'ai rien compris), dona maltad (hardcore punk du Venezuela pas très bavards), BES (hip-hop bon esprit), the geeks (hardcore old school de la Corée du sud), et HK (hardcore… hyper longue et intéressante, qui change de la langue de bois souvent présente dans le hardcore genre " nous sommes engagés, mais on vous dira pas en quoi "). Les chroniques zines et disques sont très nombreuses et éclectiques : hardcore mais aussi oi !, hip-hop… pour compléter ce gros zine (60 pages remplies ras la gueule dans une belle mise en page, ça s'lit pas en une heure !) articles sur le rap algérien, les luttes ouvrières au Kazakhstan, la scène hardcore au Canada et en Australie, sur de nombreux films d'horreur, sur l'anarchie au Venezuela, sur le punk au Pérou, sur l'alliance du nord en Afghanistan, sur le massacre d'El Alto (en 2003 en Bolivie). Il y a aussi quelques chroniques bouquins et une page de photos. Intelligent sans être austère, à mettre dans toutes les mains. En tout cas mon zine hardcore ( ?) préféré du moment.

Outrage n°1 prix libre (aktionk@hotmail.com)
C'est le fanzine du label du même nom (qui produit les disques de nocif et des compilations). Le sommaire est essentiellement politique avec un compte rendu de procès et d'actions autour de mutins. La justice de classe y est décrite avec fureur… il y a également un article sur comment voler à l'étalage, il est sympa mais les étiquettes qui font bipper n'y sont quasiment pas abordées alors que pour moi elle restent le principal problème. Pour finir il y a aussi des chroniques de fanzines et de livres. Un fanzine agréable à lire malgré une ouverture d'esprit assez limitée, ce qui n'empêche pas une bonne dose d'humour.

La gapette n°3 (GAAP 108 rue damrémont 75018 PARIS)
C'est le journal du GAAP paris qui est un collectif anar assez récent. Ce numéro est en grande partie consacré à la situation de sans papiers parisiens qui ont squatté le local de l'unicef. Il y a également deux articles sur le féminisme, et sur les JO, le droit à la mort, l'école et le lundi de pentecôte… la qualité des articles est inégale suivant les participants mais tout ça est varié et revendicatif. A noter que pour un zine parisien il n'y a pas de petits règlements de comptes et ça c'est cool.


Idée noires (prix libre en timbres chez marine ménard, 14 avenue des hautes bruyères, 94800 villejuif)
La couvrante baba cool (une nana à poil avec des petites fleurs) tranche franchement avec le titre, mais bon… ces quelques pages A4 imprimées ont une mise en page plutôt basique mais lisible, et faudrait passer à la photocopie (et à l'agrafeuse) sinon vous allez vous ruinez . c'est fait par un jeune couple, et ça se sent… l'édito est très énervé et réaliste, ça fait plaisir. L'interview de guérilla poubelle est pas mal (point de vue sur les skins et le mouvement lycéen intéressants) malgré quelques remarques qui m'ont fait bondir : "moi j'aimerais bien être un homme au foyer et que ce soit ma femme qui ramène à manger mais quand tu le fais juste par reproduction(…) c'est quelques chose qui me gène plus " alors je rappelle d'abord que femme au foyer, c'est un vrai boulot à part entière, c'est loin d'être rigolo. Et au delà de ça, ça entraîne une dépendance économique au mari, et c'est la le coté le plus oppressif du truc : en cas de mésentente ou pire, la femme ne peut pas partir car elle n'a pas de ressources pour le faire. Ensuite, je rappelle que " mort au vache, mort aux condés " c'est pas les amis d'ta femme qui l'ont inventé, ils en font que le reprendre à parabellum. Et pour finir " quand tu es lycéen, tu peux pas être anarchiste " là faudra qu'on m'explique, le fait de vivre chez ses parents peut-être ? parce que pour être anar faut détester ses parents ??? enfin voilà je pinaille mais c pas trop mal, contrairement à l'interview des vieilles salopes qui est entièrement ironique, pourtant les questions sont pas mal, je trouve pas ça très cool pour le fanzine, bref c'est illisible. Pour finir il y a un beau texte sur la découverte de la sexualité d'un jeune couple (ça sent le vécu ça hihihi) et quelques petites conneries un peu partout. Un zine plein d'enthousiasme qui j'espère continuera son petit chemin


vol au dessus d'un nid de keupons n°2 (phacos records bp89 33037 bordeaux cedex)
la feuille d'info s'étoffe pour devenir un véritable mini zine. Les chroniques (présentées sous forme d'ordonnance médicale pour les zines) sont longues et fouillées avec un ton acerbe voire pinailleur (oui je suis vexée) avec en général du bon goût et de la variété. Il y a également deux textes : celui de mesrine envoyé au journaliste de minute (pas très original) et un report d'un concert/ciné. Une petite distro et des news complètent l'ensemble. Du bon boulot.

Hey you ! n°8 (2€ chez bonno rodolphe, " la rochette " foveno, 56140 saint gongard www.heyyou.fr.st )
Enfin un FANzine qui porte bien son nom… il est en effet difficile de faire plus passionné… le rédacteur est branché oi et hardcore et quelques autres trucs, et le nombre de chroniques (classées par pays) de disques est assez ahurissant. Niveau interview, il y a donc les gros hardcoreux de blood for blood (intéressant), backfire (hardcoreux qui n'ont rien à dire), banda del rione (oi ! sympathique) FTBX (skate zine… pour les passionnés moi je comprend pas de quoi ils parlent !) et drei oklok (légende punk française… super intéressant et rigolo) il y a également des reports concerts difficilement lisibles , une présentation de la scène des philippines et des colonnes de (mauvaise) humeur… la mise en page assez austère n'empêche pas le zine d'avoir un ton désinvolte et amusant (les petites phrases en bas sont mortelles). Une mine d'infos.