Take Shit Back

1) Présentation des membres du groupe s'il vous plait? (âge, activité inter et extra musicale, passé musical, phrase culte, livre et film culte, groupé fétiche)

JM : Basse, électricien, 26 ans.
Guillou : Batterie et cameraman des égouts, 27 ans.
Mitchou : Guitare, chômeur travaillant pour les Assedic, 25 ans.
Philou : Hurleur et surveillant en collège, 28 ans.
Pour les films cultes, on serait plutôt penchés vers Romero et Myers qui ont un bon esprit rock’n’roll. Notre phrase culte venant du sud « A l’inculé !!! ». Apparemment, Guillou et Philou ne veulent pas parler de leur passé musical. Pour JM et Mitchou, 1er groupe de punk rock inspiré de Green Day en passant par Exploited, Total Chaos et Guns’n Roses (la jeunesse quoi !). Tous les membres du groupe ont un 2ème groupe : Phil avec Indust de Toulon, Guillaume, ex-Gasolheads et préparation avec un autre groupe, Mitchou et JM, les Lazy Bones bientôt dans les bacs, et Michel a aussi fait un bout de chemin avec P38 à la guitare et batterie.

2) Tant par votre paroles que votre musique vous semblez proches d'un esprit hard core old school, quels sont les groupes qui vous ont influencés? vous sentez-vous concernés par le HxC métal, mélodique et autres ziques très appréciés chez les kids à roulette?

L’esprit du groupe, c’est vrai, est orienté vers l’esprit Old School, mais nous nous qualifions plutôt comme un groupe de Punk Hardcore aux influences diverses : Voice of Dissent, F-Minus, SOIA, Stray Cats, Rancid et bien d’autres…
En ce qui concerne le Hardcore Métal, nous nous sentons pas vraiment concernés. Quelques membres du groupe en écoutent, Phil et JM, mais ce n’est pas notre penchant musical.
Le mélodique ? JM : « Trop de mélodique tue le mélodique ! »
Les kids à roulettes ? Ce n’est plus ce que c’était !

3) D'ailleurs je parle très mal anglais, pourriez vous m'expliquez un peu de quoi vos textes causent ?

Les textes parlent de ce qui nous arrive tous les jours, de société sans être impliqués à fond, d’injustice et aussi de bons délires.

4) Mon anglais étant décidément à chier, puis-je avoir votre opinion plus précisée sur le strait edge? etes vous également végétarien?

A propos du Straight Edge, nous pensons que chacun vit le hardcore comme il l’entend, straight edge ou pas. D’ailleurs, notre titre « Out of Staight Edge » parle de ce mouvement qu’on respecte d’un regard extérieur. Mais ce qu’il ne faut pas faire, c’est se coller cette étiquette qui ne vous correspond pas fondamentalement (message aux mythos). Et végétarien, c’est quoi cette race ?! (nda : une race qui vous emmerde !)

5) D'ailleurs même vos remerciements sont en anglais, vous êtes allergiques à votre langue natale?

Thanks are in English because...non, j’déconne! En fait, quand tu fais un album inspiré de musiques spécialement anglo-saxonnes, même suédoises (qui ne sont pas anglophones pour autant), on pensait que cela devait faire partie du jeu, vu qu’on aimerait toucher l’Europe avec notre album. Mais non, nous ne sommes pas allergiques à notre chère langue natale. D’ailleurs, sur le prochain Take Shit Back, il y aura des titres en français.

6) Une partie de la scène hard core est fréquentée par les skinheads, est-ce des personnes dont vous vous sentez proches?

Le mouvement Skinhead : demander ce qu’en pense notre cher producteur Rudeboi. Certains de nos potes font partie de ce mouvement qui a de multiples influences, de très bonnes comme malheureusement de très mauvaises.

7) D'ailleurs à quoi ressemble votre public? des rockers? des punks? des skins? des skateurs? vos mamans effrayées?

Il y a un peu de tout ça, même les mamans effrayées. Vive le mélange des styles !

8) Vous remerciez le MUC, trouvez-vous comme les p38 que les différentes scènes underground à Marseille sont unies?

Marseille est une sorte de famille pour les groupes underground, avec ses méchants et ses gentils ! Mais il est vrai que la bonne entente règne sur la scène marseillaise.

9) Marseille donne de l'extérieur l'impression d'une ville très peu rock'n roll, qu'en est-il vraiment? les concerts sont-ils difficiles à organiser et emmènent-ils un public conséquent?

On parle souvent de Marseille comme une ville tournée vers le rap et le reggae mais elle a, à notre goût, la meilleure scène Rock’n’Roll du moment. Avec les Neurotic Swingers, Hatepinks, Cowboys from Outer Space et leur label Lollipop. On vous invite à venir vérifier de vous-même sur place. Bises aux rock’n’rollers !
Les concerts sont assez durs à organiser du fait que la musique qui fait du bruit ne plaît pas à tout le monde. Mais heureusement, nous avons notre « Machine à Coudre », salle mythique à Marseille, et maintenant le « Balthazar » qui s’est remis au rock’n’roll. Merci à eux.
Pour ce qui est du public, il est toujours au rendez-vous.

10) Vous avez sorti un cd digipack, le format vinyle vous intéresse t-il?
Il est vrai que le format vinyle aurait été un bon délire, mais on voulait que notre album puisse être écouté par tous. Le format digipack est en quelque sorte un hommage pour les adeptes du vinyle… (nda : nan ! c’est nul ! vive les vinyles !)

11) Avez-vous fait des concerts hors de Marseille? la langue anglaise vous aide-t-elle à vous exporter?

Marseille est notre ville, mais parfois nous lui sommes infidèles. Oui, nous avons joué à l’extérieur sur Paris, Orléans, Montpellier, Toulouse, Montauban et ailleurs…
En 1ère partie de groupes comme F-Minus, Agnostic Front, Knuckle Dust, grand souvenir… et aussi avec de nombreux groupes de la scène hardcore française : FTX, Fat Society, Unfit…
Sans oublier, l’Autriche et la Slovénie un bon trip !!!!
Je ne pense pas que l’anglais t’aide à réussir, mais il aide à exporter notre musique, et du moment que ta musique touche les gens, c’est ce qui compte. De plus, cette langue nous aide tous à communiquer, nous en avons fait l’expérience avec des groupes japonais, autrichiens, italiens…

12) Votre Cd est sous copyright, êtes vous contre le gravage ou la diffusion gratuite des morceaux?

La musique est dans l’air donc elle n’appartient à personne. Mais ne nous volez pas nos morceaux, s’il vous plaît ! Graver ok, mais pas copier !

13) Vous avez fait quoi avant cet album? quels échos avez-vous rencontrés?

Nous avons enregistré une démo auto-produite de 6 titres, ce qui nous a aidé à tourner. Maintenant, il faut défendre notre album. Les critiques sur la démo ont été bonnes et ça nous a motivé encore plus pour enregistrer notre disque.

14) Que pensez-vous du violent dancing et autres chorégraphies à base de bras roulés?

Les gars, un peu d’amour dans ce monde de brutes ! Vive les pogos à l’ancienne, et laissez un peu s’approcher les gonzesses !

15) Vous parlez de classe ouvrière, de haine des riches. La scène HxC a pourtant une mauvaise image de petits bourgeois voulant s'encanailler. pensez-vous cela justifié, ou trouvez vous que ce mouvement a une base populaire?

Les petits poseurs pleins de fric qui s’amusent à se déguiser avec la panoplie de hardcoreux tous les jours, avec leurs jeans à 800 balles nous font un peu rire. Le hardcore, nous pensons, est un état d’esprit et non du paraître.
La base de ce mouvement ne peut être que populaire. Tout ce qui parle d’injustice vient d’en bas. Essayons de défendre nos valeurs et ne nous laissons pas marcher sur les pieds.

16) Vous critiquez le gouvernement américain, mais le gouvernement français, vous en pensez quoi?

Tu sais, nous, la politique, cela nous touche de très loin. Le titre « So Fucking What » parle plutôt de la bêtise américaine que de son gouvernement. Se faire sucer à la Maison Blanche, c’est mal, mais tuez des innocents et vous resterez à la première place ! Va comprendre ! Nous aussi en France, nous avons nos guignols.

17) Projets?

Nos projets : tourner au maximum, et essayer de toucher vos oreilles en espérant tous vous rencontrer. Les « Good Friends » sur la route…

18) Quelque chose à rajouter?

Merci à ceux qui se bougent le cul pour faire vivre la scène punk et HXC et continuons ensemble à faire la fête ! A bientôt.