Interview de riquette et pustule

 

Et oui, apatride n’est pas comme tous ces fanzines sois-disants anti-spécistes qui se permettent de parler au nom des animaux, apatride va plus loin et les interroge directement !

 

Apatride : bonjour ! D’où venez vous ?

Riquette : j’étais dans une prison avec pleins d’autres rats, on savait pas pourquoi on avait droit à un pareil traitement, quand une main m’attrapé et m’a déposée dans la main de celle qui allait devenir la femme de ma vie. Depuis je suis une ratte anarchopunk !

Pustule : Mes premiers maîtres m’ont acheté dans un élevage de bouledogues anglais, j’étais tout petit, tout mignon et tout rond. Mais quand je suis de venu plus gros, baveux et baffreur ça leur a pas plus et ils m’on laissé sur le bord de la route. Je me suis retrouvé à la SPA, société soi-disant protectrice qui fait du trafic et du bizness avec nous. J’ai attendu l’âme en peine, jusqu’à ce qu’un gentil skinhead vienne me sortir de là. Depuis je ne le lâche plus d’une para !

A : c’est pas top dur de vivre avec une punk ou un skinhead ?

R : non,  j’ai l’appart en bordel à explorer tout le temps ! Bon, elle n’est pas contente quand je mange les fils de son ampli ou quand je suis bourrée à cause de ses potes qui me font boire (deux capsules et je suis totalement torchée). Mais j’ai de la bonne bouffe veg et elle me pardonne tout, donc je ne me plains pas.

P : Non c’est plutôt cool : pas de laisse, pleins de sorties, aux concerts on voit les copains, on fait les cons dehors…  Pour certains de mes potes c’est moins drôle : ils se font tabasser par leurs maîtres bourrés, se font écraser les pattes dans les pogos, se font éclater les oreilles devant les baffles… Le mieux c’est les festivals où on peut gambader avec les copains et chier dans la tente du voisin : le pied !!

R : oui c’est vrai, des fois y’en a qui amènent leurs rats en concerts, au mieux ils leur font mal aux oreilles, au pire ils les perdent dans le pogo ou les tuent en s’endormant torchés dessus.  A Niort au festival punk on m’a raconté y’avait un type qui distribuait des bébés rats. C’était à fendre le cœur, la plupart ont disparu dans la nature où ils n’ont pas du faire long feu... Celui qui les distribuait, et ceux qui les ont perdus, méritent des baffes. C’est dégueulasse un truc pareil.

A : quels sont vos groupes préférés ?

R : ben, les rats bien sûr !

P : les teckels et les bulldogs bien sûr. Je déteste les stray-cats et les chats sauvages. Putains de rockabs !

A : et sinon, vous aimez quoi  dans la vie ?

R : les bds de bloodi, mon idole, et de ptit luc, même si les rôles féminins (femmes et rates) sont souvent limités à des objets sexuels. Sinon, j’adore le fromage et bouffer les fils qui traînent, et aussi piquer les flyers pour me faire des nids avec. Je suis aussi une grande lectrice, y’a pas longtemps j’ai mangé un bouquin de malatesta c’était très bon, par contre j’ai essayé avec un zine et le gauchisme m’est resté sur l’estomac.

P : moi j’aime bien taper les caniches bourgeois et les briards hippies, je ne suis pas un chien de skin pour rien non mais ! Sinon, j’aime bien engrosser les chiennes d’une race différente (vive le métissage… noirs, blancs, comme des damiers !) comme ça ça fait chier leur maître de se retrouver avec des chiots bâtards, et puis ça leur change les idées à ces jolies petites. Canigou baise baston !

A : bon ! Merci à vous pour ces quelques mots ! Quelque chose à rajouter ?

R : Tolbiac mon ratounet tu me manques, reviens !!! Sinon ben un message aux maîtres surtout : arrêtez de prendre vos rats pour des jouets, et laissez-les vivre leur vie tout en leur prodiguant de l’affection. Aux rats : ni dieu, ni maître !!

P : scrapy je t’aime, vivement ta majorité. Pareil que riquette, détruisez vos laisses les copains ! oi oi mort aux poils longs !