Concert pekatralatak et tekken
au bar louiseneat, à lantabat, le 2 février 2002

Ca fait plaisir de retrouver ce lieu qui nous a laissé de très bons souvenirs. Entrée à 5E et bière à 1E, c'est plutôt cool pour un bar. On est arrivé 1h à la bourre mais rien n'est encore commencé, on en profite pour retrouver toute la raïa Toulousaine qui s'est donné rendez-vous ici. Les P4 finissent quand même par jouer, tous bien déguisés avec leur cagoule et t-shirt provoc (mention spéciale au t-shirt IRA de Melvin). C'est super furieux et très visuel malgré un manque de maîtrise assez hallucinant pour un groupe qui existe depuis 10 ans (2 ans sous la forme actuelle) mais ça fait partie du truc aussi, sinon autant aller voir des concerts en play-back. Mais il est vrai que ça peut étonner pour ceux qui ne connaissent que la période punk-rock du début, car c'est vraiment de plus en plus crust. Melvin s'est mis au violon sur certains morceaux, c'est aussi catastrophique que le reste et tout aussi efficace. (et c'est touchant moi je trouve) Je profite de «gorra eta militara » pour aller boire un coup dehors et du coup je rate punk-rocker de merde, mais je vois quand-même celle d' "apache" des BxN qui a toujours son effet 12 ans après la disparition du groupe (snif). Après ce joyeux merdier, je profite de la pause pour m'approvisionner à la table de skeud, bien fournie et sympa. On ne peut pas en dire autant de Sarah foetus party qui la tiens, aussi enjouée qu'une secrétaire de la Tchéka. ( p'tet qu'elle était dans un mauvais jour? Espérons). Déception de fan que je suis, ça m'apprendra à jouer le jeu du star system...
Quand Tekken arrive la moitié du public est parti dehors, car le taux d'alcool commence à se faire sentir. Mais ça ne démotive pas nos chers toulousains qui enchaînent morceaux sur morceaux (aucun n'excédant 1mn) et s'essaient même à reprendre punk-rocker de merde. Petit hommage à Slayer après la demande soutenue d'un fan (de tekken ! Et oui ça existe). Un groupe qui ne se prend pas la tête et qui vaut le coup d'être vu, la preuve : A la fin du concert une spectatrice leur a dit : « ah bon, c'était pas de l'impro ? » Ne les ratez donc pas s'ils passent près de chez vous.
Le concert est donc terminé, ceux qui en ont besoin partent vider leurs tripes dans le fossé voisin (ou dans la voiture, merci Loïc pour l'odeur au retour). Puis les VIP dont je fais partie partent finir la soirée devant «les grands-mères cannibales » que je n'ai hélas pas eu la force de voir (merci Droopy d'être resté avec moi.)
Long petit dej’ sympa le lendemain, l'humour caustique des Tekken colle parfaitement avec l'humour plastique des P4, le split EP qui s'annonce risque donc d'être intéressant (Sortie août 2074 si tout se passe bien.) Le retour à Toulouse sera difficile (et encore je conduis pas) et il me faudra 2 jours pour me remettre, mais ça valait quand-même le déplacement.
Aurélie

pekatralatak, bolchoi, collectif bobonne, foetus party
Vendredi 5 avril 2002 : À st jean pied de port

Départ de Toulouse dans les embouteillage des départs en vacances: on a pas été malins sur ce coup là, et je prie tous les dieux possibles (votre anti-cléricalisme a des ratés lors des moments de crises) terrifiée à l'idée de rater foetus partouse. Heureusement ça se débouche vite et c'est parti pour 5 heure de trajet à s'engueuler sur la musique à passer, mais les vieux hymnes bien boeufs sont là pour réconcilier tout le monde « allez viens avec nous, on sera unis pas le vin lalala »
On finit par arriver à une grange transformée en gaxtatxe (???), super galère à trouver mais les habitants nous aident, vraiment rien à voir avec les vieux cons toulousains, ici la fête est une tradition qu'on respecte et les punks font parti du paysage! Comme d'hab les groupes sont à la bourre et on peut même voir les p4 sans cagoule (je sais pas pourquoi mais moi ça me stresse beaucoup ces cagoules, quand ils jouent on dirait qu'ils sont ailleurs, ça donne un aspect assez fantomatique) en train de faire leur balance. 1234 c'est party, super rapide et toujours aussi crust (sont pas près de se mettre au reggae... cf my way n°3). Je regrette l'absence du violon pour cause de problème de son je crois. Un phaco qui pogotte pied nu envoie de l'absinthe sur tout le monde. Je sors pour gorra eta militara (fierté de bird à crête) et cette fois je rate pas punk rockeur de merde. Voilà voilà un très bon passage que nous ont fait là les p4.
Une petite pause et c'est Bolchoï qui s'y colle. Problèmes de micro pour Abi et un public assez indifférent, heureusement les fans Toulousains sont devant pour réveiller tout ça et c'est finalement toute la salle qui finit par sauter partout. Plus ça va et plus je me dis que Bolchoï est le groupe redskin le plus agréable que je connaisse, musicalement ça pète tout et en plus ils se la pêtent pas malgré leurs petits gueules de mannequins skinheads. Tintinmar a été remplacé à la batterie par Arnaud de ska war, qui porte un superbe t-shirt pennywise arf arf arf. Un petite regret traverse mon entourage masculin, qui avait fait tout ces kilomètres pour voir Abi en soutien-gorge, pour cette fois c'est raté ! La pauvre avait d'autre chats à fouetter entre le micro qui merdait et les phacos ivres morts à éviter. (impressionnant le nombre de gars que ça traumatise en temps normal, y'a des sexologues qui ont du boulot là...)
Après ça je sors sur la parking pour interviewer Bolchoï pendant que collectif bobonne joue. Interview joyeuse et bordélique à souhait (vous verrez vous-même en la lisant).
Une fois ma tâche de reporter finie, je cours voir foetus party, et j'arrive en plein milieu de « crime sex » quel bonheur ! Sarah a la forme (et sera d'ailleurs aimable et enjouée ce soir là, comme quoi faut pas se fier à une première impression) et assure vraiment sur scène. Ils font une reprise de « le système » des p4 avec des cagoules , ainsi que « california über alles » des deads kennedys. Puis c'est les « rappels » (disons qu'ils ne font pas semblant de partir, j'ai jamais pu blairer les groupes qui font semblant de partir, c'est vraiment rock-star, complètement con et ça soûle tout le monde) avec de nouveau atlantique nord et crime sex (parce que je braillait depuis une heure dans un micro pour qu'ils la fasse, les pauvres!) que je chante en entier avec melvin, quelle gloire héhé !
Après y'a le collectif bobonne qui rejoue (pleins de jeunes filles qui font beaucoup de bruit), j'aurai bien aimé les voir mais hélas je dois faire l'infirmière dehors pour mon petit droopy qui a trop bu et qui veut pas rester tout seul. (les filles, sortez avec un strait-edge !) halala on ne dénonce pas assez la non répartition des tâches dans la gestion du vomi dans le milieu punk, c'est moi qui vous dit! En plus y'a des cons qui se battent et qui nous tombent dessus, un gars qui tape sa meuf et puis qui se fait taper enfin bon quelque chose de bien pitoyable, je n'ai rien contre les pochards mais y'a des moments où ils me courent sur le ciboulot... 2 heures après (7 heures du mat !) c'est fini et on pars en voiture jusqu'à chez Melvin, avec ce petit coquin de Kola qui met « ange gardiens » de la brigada à fond rien que pour nous faire chier(et nous réveiller par la même occasion) pour une bonne nuit de sommeil bien mérité. (comment ils font ceux qui continuent à picoler???)
Dodo jusqu'à midi, gueule de bois et corps couvert de bleus, mais des souvenirs pleins la tête. Mon meilleur concert depuis longtemps !!!

J'EN VEUX ENCORE BORDEL !!!!!

Aurélie.